ET SI L'AFRIQUE ACCEPTAIT ENFIN LE DEVELOPPEMENT...: DANS UNE AFRIQUE SI RICHE, COMMENT FAIRE POUR QUE LES AFRICAINS NE SOIENT PLUS PAUVRES? par Jean-Pièrre HONLA

ET SI L'AFRIQUE ACCEPTAIT ENFIN LE DEVELOPPEMENT...: DANS UNE AFRIQUE SI RICHE, COMMENT FAIRE POUR QUE LES AFRICAINS NE SOIENT PLUS PAUVRES?

Titre de livre: ET SI L'AFRIQUE ACCEPTAIT ENFIN LE DEVELOPPEMENT...: DANS UNE AFRIQUE SI RICHE, COMMENT FAIRE POUR QUE LES AFRICAINS NE SOIENT PLUS PAUVRES?

Auteur: Jean-Pièrre HONLA


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Jean-Pièrre HONLA avec ET SI L'AFRIQUE ACCEPTAIT ENFIN LE DEVELOPPEMENT...: DANS UNE AFRIQUE SI RICHE, COMMENT FAIRE POUR QUE LES AFRICAINS NE SOIENT PLUS PAUVRES?

Pourquoi l’Afrique ne se développe pas malgré ses immenses richesses naturelles ?
Le continent n’exploite pas ses nombreuses richesses et n’a pas su tirer les leçons des modèles sociopolitiques expérimentés à travers le monde.
C’est une lapalissade de dire que l’Afrique est un continent riche, tant elle regorge de ressources naturelles. Même ci celles-ci ne sont pas inépuisables, l’Afrique est encore riche de ses terres en grande partie cultivables et de ses ressources humaines. Et pourtant, elle peine à se développer c’est le moins que l’on puisse dire.
Au lieu de tirer leçon des succès et des échecs des modèles de développement qui ont été expérimentés de par le monde, elle continue à s’engluer dans ses politiques stériles. Plusieurs facteurs essentiels sont la cause de cette situation.

Depuis la fin de la colonisation, presque tous les pays africains ont été dirigés par une élite sans vision politique à moyen ou long terme. Cette élite, qui s’est substituée aux anciens colonisateurs, a été incapable d’ambition et s’est davantage préoccupée d’elle-même que des peuples dont elle prétend défendre les intérêts. Résultat: le sisyeme coloniale a été purement et simplement perpétué sous une autre forme dans les domaines politique, économique et culturel au fil des années. A cela, il faut ajouter l’insécurité de l’environnement économique qui ne favorise pas les investissements, et le règne de l’informel.
L’indépendance est donc devenue une véritable dépendance vis-à-vis des puissances étrangères, en particulier des anciennes puissances coloniales. Faute de réflexions endogènes ou prospectives et de volonté politique en vue d’amorcer un changement par une synergie d’actions, les politiques actuelles sont une navigation à vue. Les Etats sont gérés à la petite semaine par les dirigeants, juste le temps d’accomplir les hautes charges qui sont les leurs.
La corruption est en Afrique, qui touche particulièrement les élites. En l’absence d’initiatives individuelles ou collectives de production de richesses, l’Etat reste la seule vache à lait. La politique est ainsi le plus grand pourvoyeur d’emplois et le seul moyen de s’enrichir de façon licite ou illicite sans travailler. Cet état de fait inhibe toute initiative et transforme certains agents de l’Etat, mais surtout ceux qui sont au pouvoir ou proches, en de véritables sangsues. Les économies en sont du coup gangrénées.
Si l’argent qui part en fumée au moyen de la corruption était effectivement investi en faveur des populations, l’Afrique aurait fait un grand bond en avant sur la voie du développement. Mais qui refuse de gagner de l’argent sans travailler? Ils ne sont pas légion, ces agents de l’Etat ou hommes politiques en Afrique. De nos jours, ils sont malheureusement comme des espèces humaines en voie de disparition.
La bonne gouvernance n’est pas le fort des dirigeants africains. Bien au contraire, c’est ce qui leur permet de rester au pouvoir en organisant des élections truquées d’avance par l’achat de conscience non seulement des électeurs en majorité analphabètes, mais aussi de ceux qui organisent les élections. Quand ils ne sont pas purement et simplement des dignes représentants de groupements économiques et politiques étrangers qui font feu de tout bois à cet effet.
Il est scandaleux de penser que la misère est une « Fatalité en Afrique », quand on sait que ce continent, berceau de l'humanité, regorge d'immenses ressources agricoles, minières et pétrolières.
Dans ce livre je montre comment transformer sur place les matières premières africaines, afin d'y créer un maximum de Valeurs Ajoutées. Et donc des richesses et des millions d'emplois pour les africains. Avec comme effet boomerang, l'arrêt de l'immigration clandestine vers l'Europe. Tout le monde y gagne !
Ce projet qui est essentiellement économique n'a d'autre objectif que de donner des emplois et tirer les africains de la misère. En plus ce projet qui a recueilli l'adhésion de 100% des africains.